Dessine-moi un polygone: Traiter les données d’une enquête webcartographique (séminaire biogéophile, 16/12, 12h45-14h)

Dessine-moi un polygone: Traiter les données d’une enquête webcartographique et informer la gestion de l’environnement. Le cas du projet Littoral 2020 en Martinique.
Romain Monassier, ingénieur d’étude, EVS, ENS de Lyon

16 décembre 2021 – 12h45-14h
Salle : D2 104 – ENS de Lyon Site Descartes
15 parvis René Descartes, métro B Debourg

En savoir plus – lien vers l’affiche

Le séminaire Biogéophile est un séminaire d’animation Environnement, Ville, Société.
Ce mois ci, ce séminaire est organisé au sein des ateliers « Socio-écosystèmes » et « spatialités numériques et géomatique » . Le séminaire a pour vocation de créer du lien entre les chercheur·euses qui peuvent partager leurs recherches et leurs  interrogations.
Ce séminaire est aussi ouvert aux étudiant·es de l’ENS-Lyon dans le cadre de la validation du diplôme de l’ENS.


Apports de l’imagerie historique pour l’observation et la modélisation des trajectoires des systèmes géomorphologiques – Jeudi 16 décembre 15h-17h30

En présentiel *

Salle 604 – 18 rue chevreul 69007 Lyon (15h00 – 17h30)

Coordination : Mathieu Fressard, Hélène Mathian

Les ateliers « Socio-écosystèmes » et « spatialités numériques et géomatique » proposent un séminaire croisé sur les apports de l’imagerie historique pour l’observation et la modélisation des trajectoires des systèmes géomorphologiques. Les données historiques spatialisées (cartes anciennes, images d’archives ou images multi-dates par acquisses plateforme aéroportée), sont couramment utilisées en géomorphologie pour documenter l’évolution des processus sur des échelles de temps allant de quelques années à plusieurs siècles. Elles permettent notamment l’observation des trajectoires temporelles d’évolution de systèmes géomorphologiques ou peuvent être utilisées comme données de base pour en proposer des modélisations historiques.

A partir des présentations des travaux de recherches de trois jeunes chercheurs de l’UMR 5600, nous proposons ensuite de faire le point sur nos utilisations des données spatialisées dans les approches en géomorphologie historique : outils, méthodes et perspectives d’applications.

Théo Martinez – doctorant, EVS-IRG, Lyon 2

Apport de la cartographie ancienne pour la modélisation stratigraphique du delta du Rhône.

Brian Chaize – Doctorant, EVS-CRGA, Lyon 3

Modéliser l’évolution de la susceptibilité à l’érosion du vignoble de Mercurey (Bourgogne, France) au cours de l’Holocène.

Baptiste Marteau – Postdoc, EVS-Biogéophile, ENS de Lyon

Imageries multi-scalaires pour l’observation des dynamiques géomorphologiques actuelles et passées des hydrosystèmes.

*Si vous ne pouvez vraiment pas vous déplacer, un lien web vous sera communiqué : contacter mathieu.fressard@cnrs.fr

IRP Inde 2021 – 2023 : Échanges nappe-rivière et résilience des écosystèmes fluviaux

Effets des échanges nappe-rivière sur la résilience des écosystèmes fluviaux au changement global. Approche comparative des bassins du Gange et du Rhône

L’objectif du présent projet est d’examiner et comparer les effets des formes fluviales et des échanges nappe-rivière sur l’hétérogénéité de la température des rivières, la qualité de l’eau et la santé des écosystèmes à l’aide de mesures in situ répétées, de télédétection et de modélisation. Ce travail doit ainsi permettre de mieux évaluer la résilience des écosystèmes fluviaux au changement global. La recherche est interdisciplinaire, impliquant des écologues, des hydrogéologues et des géomorphologues afin de couvrir les compétences techniques nécessaires pour caractériser les phénomènes et comprendre les différents processus en jeu. Nous proposons de tester certaines méthodes de caractérisation déjà développées sur certains sites à d’autres contextes pour mieux évaluer leur robustesse et le potentiel de généralisation. Les approches combinent également des échelles géographiques emboîtées, certains travaux de caractérisation fonctionnelle sont conduits à l’échelle de tout le réseau hydrographique du Gange et du Rhône, alors que des mesures de terrain et une modélisation des processus sont réalisées sur des tronçons fluviaux plus spécifiques présentant des enjeux de connaissance.

Effects of River-Aquifer Exchanges on Riverine Ecosystem Resilience to Global Change Comparative Approach of the Ganga and Rhône River Basin Networks

In this research project, the effects of geomorphology and River-Aquifer and Hyporheic Zone exchanges on river temperature heterogeneity, water quality and ecosystem health will be examined, analyzed and compared using field monitoring, remote sensing and mathematical modelling in order to understand and gather information on the river ecosystem resilience to global change. The research will be interdisciplinary, involving ecologists, hydrogeologists and geomorphologists to cover the technical skills to characterize the phenomena and understand the different processes involved. We propose to test some methods of characterization already developed on some sites to others to better assess methodological robustness and generalization potential. Approaches will also combine a set of nested geographical scales, from the entire hydrographic network of the Ganga and Rhône down to detailed reach scales for conducting field efforts and modelling.

Temperature in the riverine environment is a key indicator of chemical and microbiological quality of river water that is influenced by geomorphology and River-Aquifer (R-A) exchanges along with Hyporheic Zone (HZ) exchanges. Such exchanges also impact the quality of both surface water and groundwater significantly as polluted groundwater discharges the pollutant into the river or vice-versa.

Partenaires : Inde

  • Department of Civil Engineering, Indian Institute of Technology (BHU), Varanasi, 221005
  • Department of Botany, Banaras Hindu University (BHU), Varanasi
  • Earth Sciences, Indian Institute of Technology Gandhinagar Palaj, Gandhinagar, Gujarat, India – 382355
  • Department of Biosciences and Bioengineering, Indian Institute of Technology Guwahati, Guwahati 781039 Assam
  • Department of Civil Engineering, Indian Institute of Technology Delhi.

Participants: France 

  • ENS de Lyon
  • Lyon 3
  • Lyon 1
  • Ecole des Mines de Saint Etienne
  • CNRS

Calé fluvial : Perturbations physiques et fonctionnalité écologique optimale : Quels objectifs ? Avec quels moyens ? Et quels types d’actions ? par Fabien Boutault

Perturbations physiques et fonctionnalité écologique optimale : Quels objectifs ? Avec quels moyens ? Et quels types d’actions ?

Retour d’expérience et réflexions prospectives sur la rivière Dordogne dans sa moyenne vallée

par Fabien Boutault

Café fluvial du 26 novembre 2021 – 13h30 salle D4.230 à l’ENS.

Depuis la seconde moitié du 19ème siècle, les pressions humaines n’ont eu de cesse d’impacter de plus en plus lourdement les rivières (Petts, 1979 ; Gregory, 1987 et 2006). En réponse à ces pressions (barrages, extractions, protections de berges, recalibrages, rectifications, …), de multiples dégradations écologiques et paysagères ont été constatées (Gregory et Park, 1974 ; Petts et Gurnell, 2005 ; Rollet, 2013 ; Arnaud, 2015 ; Marchese et al., 2017). Face à l’ampleur des différentes pertes écologiques et économiques induites par ces dégradations, les programmes de restauration sont devenus de plus en plus populaires dans les pays où les rivières sont les plus dégradées, et où les conditions économiques et financières permettent d’intervenir (Costanza et al., 2002). Malheureusement, malgré les efforts entrepris pour mettre en œuvre des projets de restaurations écologiques en rivières, nombre d’entre eux ont été, et sont encore considérés comme des « échecs » (Sear, 1994 ; Wohl, 2015). Les causes de ces « échecs » semblent se situer en amont des projets, avec (1) un manque de connaissances scientifiques et d’informations spatialement et temporellement quantifiées sur les dégradations et leurs origines ; mais aussi en aval, avec (2) des suivis post-restauration qui ne permettent pas toujours d’évaluer précisément leur réussite, et (3) un manque de communication vulgarisée pour le grand public qui, n’ayant pas participé à l’élaboration du projet, peut alors le percevoir comme une déception (Pedroli et al., 2002). C’est dans ce cadre qu’aujourd’hui, notamment grâce (i) aux avancées scientifiques obtenues ces 40 dernières années sur la rivière Dordogne (Pustelnik, 1982 et 1987 ; BIOTEC, 2011 et 2012 ; ECOGEA, 2000-2021 ; Piégay, 2015 ; Boutault, 2016 et 2020), mais aussi (ii) aux politiques locales (EPIDOR – Reserve de Biosphère de l’UNESCO, LIFE Dordogne), et (iii) à la volonté commune de l’ensemble des acteurs présents sur le bassin (EDF, AEAG), que des recommandations hydrosédimentaires permettant d’atteindre une fonctionnalité écologique optimale ont récemment pu être émises ([In Press] Boutault et Lascaux, 2021). Dans le futur, ces recommandations viendront compléter les mesures déjà prises (mitigations des éclusées, améliorations de la continuité écologique), afin de limiter et/ou atténuer le plus possible les impacts humains sur la rivière.

Fabien Boutault est hydromorphologue. Il a réalisé sa thèse au sein du laboratoire Environnement Ville Société (UMR 5600), et il est aujourd’hui chargé d’études à ECOGEA (Bureau d’Etudes et COnseils en Gestion des Environnements Aquatiques, basé au 352, avenue Roger Tissandié – 31600 Muret).

Café fluvial : De l’arbre aux plantes aquatiques : comment en est-on arrivé là ?? par Antoine Vernay

Café fluvial du 5 octobre – 14h en D4.235 (ENS de Lyon, site Descartes) 

Maître de conférences au LEHNA depuis Septembre 2020, je travaille actuellement à mon insertion  dans les projets et écosystèmes de recherche lyonnais. Depuis ma thèse à Clermont -Ferrand à l’UMR  PIAF (Physique et physiologie Intégrative de l’Arbre en environnement Fluctuant) jusqu’à mon arrivé  au LEHNA, cette présentation a pour but de présenter mes différents travaux de recherche  jusqu’alors centrés sur les arbres et forêts, à cette nouvelle thématique propre au LEHNA que sont  les plantes aquatiques. Mes centres d’intérêts sont principalement centrés sur les interactions  biotiques entre plantes et leurs réponses dans des environnements abiotiques fluctuants. En alliant  mesures écologiques et écophysiologiques, mon objectif est d’apporter des explications mécanistes  aux réponses des plantes dans différents contextes environnementaux. La mise en lumière des  réponses des processus écophysiologiques tels que la photosynthèse et l’acquisition/allocation des  ressources constituent une part importante de mes recherches. Ces réponses ont pu être mises en  évidence dans un contexte de régénération des chênaies tempérées lors de ma thèse soutenue en  2017 et portant sur les interactions chênes/herbacées. Un postdoc en Suède (Umeå) m’a permis de  me concentrer sur la photosynthèse à l’échelle d’une forêt boréale (production primaire brute) juste  après avoir mené une étude sur le fonctionnement des plantes en microgravité. Si les modèles et les  environnements d’étude ont considérablement variés, ils m’ont permis d’apporter des réponses  écophysiologique et écologiques à différentes échelles (de la cellule au peuplement). Aujourd’hui (et  pour maintenant plusieurs années), ces problématiques et méthodes seront développées afin de  répondre au contexte plus particulier des plantes aquatiques. Une partie sera consacrée à mon  implication dans un projet de vulgarisation scientifique qui me tient beaucoup à cœur, le journal  DECODER (http://journal-decoder.fr/). A ce titre, je présenterai mes premiers projets mis en œuvre  et en préparation, avec l’ambition de pouvoir collaborer avec vous sur ceux-ci ou sur d’autres à  construire ensemble !

Café fluvial : Using rivers to detect and quantify change in the Arctic par Jay Zarnetske

Café fluvial du 30 septembre 2021 – 13h30 en salle D4.235 (ENS de Lyon)

In this presentation, I will briefly introduce the audience to Arctic Alaskan ecosystems and watershed  processes. I will also present how our research team is using hydrological and biogeochemical signals  of river networks to identify the source, sink, and transformation locations of solutes in Arctic rivers  at unprecedented scales. Documenting and quantifying these riverine signals may reveal how the  Arctic is responding to rapid warming and changing seasonality. 

Jay est Maître de Conférences (Associate Professor) à l’Université de Michigan (USA), et chercheur invité du  Collegium de Lyon jusqu’à l’été 2022. Il sera principalement hébergé à l’ENS de Lyon mais amené à se déplacer  sur différents sites et terrains dans la région. Pour le contacter : jpz@msu.edu, ou www.zarnetskelab.com.

Colloque : “Les territoires de Montagne face aux risques et aux changements climatiques : Enjeux, approches et perspectives”

Bonjour à toutes et tous,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue prochaine du colloque : “Les territoires de Montagne face aux risques et aux changements climatiques : Enjeux, approches et perspectives” qui aura lieu les 6, 7 et 8 juillet 2021.

Il est organisé à l’issue du projet européen (FEDER-POIA) CoRESTART 2017-2021 (Co-construire la résilience des territoires alpins face aux risques dits naturels, dans un contexte de changement climatique), projet partenarial conduit avec des territoires communaux.

L’événement approche à grands pas ! Alors réservez dès à présent vos journées pour 3 jours “à la montagne”. Au programme:

– 7 ateliers pour explorer les enjeux liés aux risques naturels et au changement climatique en montagne,

– 2 projections de films,

– la présentation d’outils de sensibilisation,

– un café posters

… et de nombreux temps d’échange.

En ouverture et cadrage théorique et opérationnel : Patrick Pigeon (Université de Savoie) et Benjamin EINHORN (PARN), qui seront nos grands témoins.

Evénement 100% distanciel, informations et inscriptions: https://www.corestart.org/valoriser (Ouverture des inscriptions le 10 juin 2021). Une plateforme entièrement dédiée au colloque vous y est proposée.

Dans l’attente de riches échanges avec vous,

Le comité d’organisation du colloque 

(Elise BECK – Aubin CHATELON – Johnny DOUVINET – Pauline TEXIER)

Diaporamas du séminaire “Enjeux du cloisonnement institutionnel dans le cadre de l’action environnementale”

Atelier Socio-écosystèmes – séance 2 – vendredi 7 mai 2021 10h30-12h30

Animation : Anne Honegger, CNRS, UMR 5600 EVS – ENS de Lyon

Le constat est que de plus en plus de règles régissent l’action environnementale et notamment dans le cadre de la gestion de l’eau et des milieux aquatiques. Cette situation s’explique par la diversité croissante des usages, la multiplication des acteurs et des échelles d’intervention. Si l’arsenal juridique est globalement complet, force est de reconnaître que les résultats escomptés et l’efficacité de la gouvernance ne sont pas toujours au rendez-vous sur les territoires. Il s’agit au travers de deux présentations reposant sur des études de cas, de réfléchir collectivement aux raisons et aux effets du cloisonnement institutionnel observé, aux frémissements actuels vers des solutions pour le dépasser et aux apports des travaux scientifiques dans cette réflexion notamment par l’approche systémique de la ressource autour des concepts d’interaction, de globalité, d’organisation et de complexité. La construction d’une zone d’interface, de rencontre entre les acteurs permettant la construction d’un langage et de méthodes partagées semble un préalable au décloisonnement, à la mise en réseaux.

Thomas Bolognesi, University of Geneva – Political Science dep. & Institute for Environmental Sciences (GEDT) – Unesco Chair in Hydropolitics

Titre de la communication : Intégration des politiques environnementales : vers un piège à complexité institutionnelle

A travers le temps, les politiques environnementales ont été développées selon une logique de spécialisation. Cette spécialisation tend à fragmenter la gouvernance de l’environnement, ce qui entre en dissonance avec l’idée de système socio-écologique qui met en avant l’importance de considérer les relations entre usages et écosystèmes. Ce décalage entre l’unité d’un système socio-écologique et la fragmentation de la gouvernance est présenté comme cause de l’inefficacité des politiques environnementales. Depuis plusieurs décennies, la notion d’intégration est alors promue pour résorber ce décalage et accroître l’efficacité politique. Malgré le succès scientifique et dans la pratique de la notion, les problèmes persistent. Au final, on sait encore peu de chose les effets réels et des processus d’intégration. Cette contribution analyse les processus d’intégration sur le long terme. Je montre que, à mesure que la gouvernance se développe, des problèmes de cohérence émergent et limitent l’efficacité des politiques. J’appelle ce phénomène un piège à complexité institutionnelle. La présente communication expose la proposition théorique et l’illustre à partir de 3 cas: l’évolution de la gestion de l’eau dans 6 pays d’Europe de 1750 à 2005, l’évolution de la politique de lutte contre les inondations en suisse de 1850 à 2016 et la gestion actuelle du secteur de l’eau potable dans les Canton Suisse-Romands.

La communication s’appuie sur des publications récentes ou en cours et pourrait permettre d’ouvrir des collaborations à propos de raffinements de la proposition théorique, de ses implications ou d’application à de nouveaux cas.

Marylise Cottet, CNRS – UMR 5600 EVS – ENS de Lyon et Hervé Coquillart, Fédération des Conservatoires des Espaces Naturels (FCEN)

Titre de la communication : La ViaRhôna ou le développement durable autour du fleuve : entre désintégration et intégration des acteurs

La ViaRhona, cette piste cyclable qui lie le Léman à la mer Méditerranée en longeant le Rhône sur 815 km, est un projet emblématique du Plan Rhône. A ce titre, ce projet s’inscrit dans une démarche de développement durable centrée sur le fleuve Rhône et ses milieux naturels. En s’appuyant sur « les potentialités des espaces naturels », la ViaRhôna est destinée à développer l’activité touristique au sein des territoires traversés et à favoriser une réappropriation sociale et culturelle du fleuve Rhône. Le projet ViaRhôna, qui implique un vaste territoire, de nombreux acteurs institutionnels intervenant à des échelles et sur des champs d’expertise multiples, met à l’épreuve l’opérationnalité de la gouvernance et questionne la manière dont le cloisonnement institutionnel peut contraindre l’action environnementale.

L’analyse de l’histoire du projet (projet RhonaVel’eau), à travers les documents et les discours des acteurs recueillis dans le cadre d’entretiens semi-directifs, montre en effet que le cloisonnement des enjeux et des acteurs institutionnels a pu engendrer une certaine « déroute » du projet vis-à-vis de ses objectifs initiaux. Elle suggère que le Rhône et ses milieux ne contribuent que peu à l’identité ViaRhôna, du moins dans la manière dont ont été réalisés l’aménagement du tracé, la mise en tourisme et le marketing de la véloroute.

Les derniers retours d’expérience en matière de promotion de la véloroute montrent aussi que le projet est actuellement « en transition ». On assiste récemment, sous l’effet de leviers pluriels (le regard critique apporté par le projet de recherche RhonaVel’eau ; la motivation de certains acteurs de la préservation des milieux naturels le plus souvent impliqués à l’échelle locale à rejoindre la démarche ViaRhôna ; et enfin l’ouverture des acteurs institutionnels du plan Rhône à rebattre les cartes de la gouvernance) à une reconfiguration de la gouvernance du projet. Cela laisse augurer des échanges accrus entre des acteurs intervenant à des échelles différentes et dans des secteurs différents. Cette perméabilité institutionnelle pourrait aboutir à une certaine inter-connaissance et à une intégration des acteurs et de leur expertise pour accroitre in fine l’efficacité d’une politique de développement durable.

Séminaire atelier Socio-écosystèmes : Enjeux du cloisonnement institutionnel dans le cadre de l’action environnementale

Atelier Socio-écosystèmes – séance 2 – vendredi 7 mai 2021 10h30-12h30

Enjeux du cloisonnement institutionnel dans le cadre de l’action environnementale

Animation : Anne Honegger, CNRS, UMR 5600 EVS – ENS de Lyon

Le constat est que de plus en plus de règles régissent l’action environnementale et notamment dans le cadre de la gestion de l’eau et des milieux aquatiques. Cette situation s’explique par la diversité croissante des usages, la multiplication des acteurs et des échelles d’intervention. Si l’arsenal juridique est globalement complet, force est de reconnaître que les résultats escomptés et l’efficacité de la gouvernance ne sont pas toujours au rendez-vous sur les territoires. Il s’agit au travers de deux présentations reposant sur des études de cas, de réfléchir collectivement aux raisons et aux effets du cloisonnement institutionnel observé, aux frémissements actuels vers des solutions pour le dépasser et aux apports des travaux scientifiques dans cette réflexion notamment par l’approche systémique de la ressource autour des concepts d’interaction, de globalité, d’organisation et de complexité. La construction d’une zone d’interface, de rencontre entre les acteurs permettant la construction d’un langage et de méthodes partagées semble un préalable au décloisonnement, à la mise en réseaux.

Thomas Bolognesi, University of Geneva – Political Science dep. & Institute for Environmental Sciences (GEDT) – Unesco Chair in Hydropolitics

Titre de la communication : Intégration des politiques environnementales : vers un piège à complexité institutionnelle

A travers le temps, les politiques environnementales ont été développées selon une logique de spécialisation. Cette spécialisation tend à fragmenter la gouvernance de l’environnement, ce qui entre en dissonance avec l’idée de système socio-écologique qui met en avant l’importance de considérer les relations entre usages et écosystèmes. Ce décalage entre l’unité d’un système socio-écologique et la fragmentation de la gouvernance est présenté comme cause de l’inefficacité des politiques environnementales. Depuis plusieurs décennies, la notion d’intégration est alors promue pour résorber ce décalage et accroître l’efficacité politique. Malgré le succès scientifique et dans la pratique de la notion, les problèmes persistent. Au final, on sait encore peu de chose les effets réels et des processus d’intégration. Cette contribution analyse les processus d’intégration sur le long terme. Je montre que, à mesure que la gouvernance se développe, des problèmes de cohérence émergent et limitent l’efficacité des politiques. J’appelle ce phénomène un piège à complexité institutionnelle. La présente communication expose la proposition théorique et l’illustre à partir de 3 cas: l’évolution de la gestion de l’eau dans 6 pays d’Europe de 1750 à 2005, l’évolution de la politique de lutte contre les inondations en suisse de 1850 à 2016 et la gestion actuelle du secteur de l’eau potable dans les Canton Suisse-Romands.

La communication s’appuie sur des publications récentes ou en cours et pourrait permettre d’ouvrir des collaborations à propos de raffinements de la proposition théorique, de ses implications ou d’application à de nouveaux cas.

Marylise Cottet, CNRS – UMR 5600 EVS – ENS de Lyon et Hervé Coquillart, Fédération des Conservatoires des Espaces Naturels (FCEN)

Titre de la communication : La ViaRhôna ou le développement durable autour du fleuve : entre désintégration et intégration des acteurs

La ViaRhona, cette piste cyclable qui lie le Léman à la mer Méditerranée en longeant le Rhône sur 815 km, est un projet emblématique du Plan Rhône. A ce titre, ce projet s’inscrit dans une démarche de développement durable centrée sur le fleuve Rhône et ses milieux naturels. En s’appuyant sur « les potentialités des espaces naturels », la ViaRhôna est destinée à développer l’activité touristique au sein des territoires traversés et à favoriser une réappropriation sociale et culturelle du fleuve Rhône. Le projet ViaRhôna, qui implique un vaste territoire, de nombreux acteurs institutionnels intervenant à des échelles et sur des champs d’expertise multiples, met à l’épreuve l’opérationnalité de la gouvernance et questionne la manière dont le cloisonnement institutionnel peut contraindre l’action environnementale.

L’analyse de l’histoire du projet (projet RhonaVel’eau), à travers les documents et les discours des acteurs recueillis dans le cadre d’entretiens semi-directifs, montre en effet que le cloisonnement des enjeux et des acteurs institutionnels a pu engendrer une certaine « déroute » du projet vis-à-vis de ses objectifs initiaux. Elle suggère que le Rhône et ses milieux ne contribuent que peu à l’identité ViaRhôna, du moins dans la manière dont ont été réalisés l’aménagement du tracé, la mise en tourisme et le marketing de la véloroute.

Les derniers retours d’expérience en matière de promotion de la véloroute montrent aussi que le projet est actuellement « en transition ». On assiste récemment, sous l’effet de leviers pluriels (le regard critique apporté par le projet de recherche RhonaVel’eau ; la motivation de certains acteurs de la préservation des milieux naturels le plus souvent impliqués à l’échelle locale à rejoindre la démarche ViaRhôna ; et enfin l’ouverture des acteurs institutionnels du plan Rhône à rebattre les cartes de la gouvernance) à une reconfiguration de la gouvernance du projet. Cela laisse augurer des échanges accrus entre des acteurs intervenant à des échelles différentes et dans des secteurs différents. Cette perméabilité institutionnelle pourrait aboutir à une certaine inter-connaissance et à une intégration des acteurs et de leur expertise pour accroitre in fine l’efficacité d’une politique de développement durable.

Présentations séminaire de lancement atelier Socio-écosystèmes

Des extraits des présentations réalisées dans le cadre du séminaire de lancement de l’atelier socio-écosystèmes sont disponibles en téléchargement.

Bonne lecture !

Introduction (Marylise Cottet, Mathieu Fressard, Christine Jacqueminet)

Pauline Texier : « Les socio-écosystèmes à l’épreuve de la pluridisciplinarité ? Réflexion à partir de travaux de recherche opérationnelle sur la résilience et la transition écologique »

Ninon Blond : « Ethnogéomorphologie : une approche transdisciplinaire des mutations des socio-écosystèmes »

Isabelle Michallet : « Sortir de sa discipline : retour d’expériences »

Barbara Belletti : « Les paysages fluviaux: des socio-écosystèmes extraordinaires »