Article mis en avant

Séminaire “Voisinages : appréhender les cohabitations humains-animaux en ville” – Mercredi 6 mars 13h30/17h – Rotonde – 18 rue Chevreul

Organisation générale :

06/03/2024 de 14h à 17h en salle de la Rotonde au 6ème étage du 18 rue Chevreul, 69007 Lyon.

Un acceuil café aura lieu à 13h30 suivi d’un petit buffet en fin de séminaire

Lien visio : https://univlyon3.webex.com/univlyon3/j.php?MTID=m1f0059f3c9d760ab0fa536ea6e3db88d

Présentation du séminaire

 « Le voisinage permet-il de penser et d’organiser de manière durable les relations non seulement interhumaines, mais aussi entre humains et non-humains ? Peut-il contribuer à ouvrir la ville sur la nature et sur la coexistence entre des espèces différentes ? Bref, le voisinage peut-il tenir lieu d’écosystème ? »

Dans un article de 2022, Joëlle Zask propose une écologie du voisinage, en soulignant que cette notion permet de repenser les cohabitations entre les humains et les animaux non-humains. En effet, le voisin est à la fois celui qui est proche géographiquement mais aussi un « inconnu familier » avec lequel il est possible de développer des relations affectives et personnelles, plus ou moins proches. La distance, géographique ou affective, apparaît donc comme un élément essentiel dans nos relations aux animaux, qu’il s’agisse de définir la juste distance entre humains et animaux non-humains (Estebanez, 2010), et la juste place des animaux qui en découle (Mauz, 2002), ou au contraire de favoriser une plus grande proximité par la création de dispositifs de rencontre spécifiques. Ce sont ces enjeux de voisinage(s) et de distance(s) que nous souhaitons explorer à travers la présentation de trois thèses en cours consacrées aux relations humanimales, dans différents contextes urbains et avec des focalisations sur des espèces variées.

Bibliographie 

Estebanez, Jean. 2010. « Le zoo comme dispositif spatial : mise en scène du monde et de la juste distance entre l’humain et l’animal ». L’Espace géographique 39 (2): 172‑79. https://doi.org/10.3917/eg.392.0172.

Mauz, Isabelle. 2002. « Les conceptions de la juste place des animaux dans les Alpes françaises ». Espaces et Sociétés n°110-111 (3): 129‑46. https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2002-3-page-129.htm.

Zask, Joëlle. 2022. « Écologie du voisinage ». Communications 110 (1): 99‑113. https://doi.org/10.3917/commu.110.0099.

Zask, J., (2021), Ce que les animaux sauvages disent de la condition urbaine, Les Cahiers philosophiques de Strasbourg, n°49, p. 123‑139.

Programme :

Éloise Bellet (Doctorante en géographie, Université Jean Moulin Lyon 3, EVS)

Titre : Les perceptions des chants d’oiseaux en ville : le sonore comme levier d’action en faveur de la cohabitation humain-biodiversité ?

Résumé : Comment se caractérise la relation des citoyens à la biodiversité urbaine et comment pourrions-nous rendre cette relation plus “conviviale” (Blandin et al., 2023) ?

Les chants d’oiseaux font partie du paysage sonore urbain et sont bien souvent appréciés par les citoyens. S’intéresser aux perceptions qu’ont ces derniers des chants d’oiseaux nous offre la possibilité d’interroger leur lien avec la biodiversité et peut-être de les mobiliser en faveur de sa protection.

Mots clés : perceptions, représentations, relations humains-biodiversité, liens sensibles

Clara Lyonnais-Voutaz ((Doctorante en géographie, Université Jean Moulin Lyon 3, EVS)

Titre : (Re)devenir voisins avec les poules et les chevaux : perceptions et représentations de ces espèces compagnes par les citadins

Résumé : Lorsque les citadins évoquent leurs voisins, ils font généralement référence aux humains habitant à proximité de leur domicile ou des lieux qu’ils fréquentent. Or la ville est un milieu multispécifique marqué par des relations et des cohabitations. À partir d’une enquête de terrain consacrée aux poules et aux chevaux dans les villes françaises, il s’agira donc d’interroger comment ces politiques de nature en ville participent à réintroduire ces deux espèces compagnes (d’après la notion de Donna Haraway) dans un cadre urbain et comment ces initiatives transforment les représentations qu’ont les citadins de ces deux animaux.

Mots-clefs : animaux en ville, espèces compagnes, voisinage, relations humains-animaux

Noé Parot (Doctorant en géographie, Université Jean Moulin Lyon 3, EVS)

Titre : Les modalités sociales et culturelles de la cohabitation entre humains et animaux dans les villes indiennes et marocaines.

Résumé : Au cœur des relations entre humains et animaux en ville, les pratiques de don de nourriture par les citadins demeurent structurantes. L’analyse de ces pratiques permet de saisir les enjeux des relations de commensalisme qui se développent et se maintiennent malgré les transformations urbaines et sociales.

Mot-clés : cohabitation, don, commensalisme, géographie sociale et culturelle

Avec une intervention de Silvia Flaminio (ATER, ENS de Lyon, EVS)

Article mis en avant

Séminaire Géographie Physique Critique – vendredi 9 février 10-12h30 – ENS – Salle D4-235

Un séminaire portant sur la Géographie physique critique aura lieu le vendredi 9 février à partir de 10h à l’ENS de Lyon, salle D4-235.

Il se fera en présence de Simon Dufour de l’Université Rennes 2 (LETG – CNRS UMR 6554), qui a popularisé le terme dans la sphère géographique française grâce à son article “Sur la proposition d’une géographie physique critique”  publié en 2015 dans l’Information Géographique. 

Ce séminaire s’organise en deux temps complémentaires :

– Une première partie centrée autour d’une présentation introductive de Simon Dufour intitulée ” Quelle réflexivité pour les approches biophysiques en géographie ? Entre continuité et renouvellement” présentant et rappelant les grands axes et thèmes que soulèvent le concept de géographie physique critique.

– Une seconde partie constituée d’échanges autour de ces thématiques. Cela pourrait être l’occasion pour les participant.e.s de présenter des questionnements rencontrés dans leurs propres recherches (épistémologie, positionnement, remises en question des pratiques, critiques).

Ce séminaire sera donc un lieu de partage et de (co)réflexions sur les pratiques et approches en géographie physique. 

Horaire : 10h-12h30
Localisation : Salle D4-235
ENS de Lyon Site Descartes
15 parvis René Descartes, 69007 Lyon

Article mis en avant

Séminaire “Le Pachamama en bases de données” – Pierre Gautreau (UMR PRODIG) – mardi 21 novembre 2023 – ENSLyon Site Descartes

Présentation et échanges avec Pierre Gautreau (UMR PRODIG) autour de son ouvrage “La Pachamama en bases de données”
Mardi 21 novembre 2023 – 14h-15h30  -à l’ENS de Lyon – site Descartes – Salle D4.235
Lien visio : : https://bigbluebutton2.ens-lyon.fr/b/val-0y6-xp3-0si

Séminaire EVS-Biogéophile coordonné par Valerian Geffroy
Atelier Spatialités numériques et Géomatique
Atelier Socio-Ecosystèmes

Pierre Gautreau (UMR PRODIG) vient présenter son ouvrage et échanger autour des enjeux contemporains et politique des usages de l’information environnementale , à partir d’expériences de terrain en Amérique du Sud .

“Que gagnons-nous et que perdons-nous lorsque nous cherchons à représenter avec de plus en plus de précision la “nature” dans nos bases de données et avec nos algorithmes ? Dans cet ouvrage, je tente de répondre à cette question en l’inscrivant dans les débats contemporains sur la nécessité d’anticiper les risques de façon systématique, sur le droit à l’information, sur les menaces pour la démocratie que fait peser l’hyper-numérisation de notre monde, mais également sur l’appauvrissement de notre rapport au monde vivant. A partir d’enquêtes principalement sud-américaines, sur le rôle de la géomatique dans la régulation de l’agrobusiness et de la déforestation, ce livre tente d’écrire un récit le plus fidèle possible de l’avènement de dispositifs numériques qui nous contraignent autant qu’ils nous libèrent, qui nous montrent autant qu’ils nous cachent le monde biophysique. Il propose également une vision réflexive et critique de la géomatique (télédétection, SIG…) appliquées aux questions écologiques, et suggère des pistes sur les façons dont les SHS peuvent se saisir de ce champs disciplinaire et technique devenu central dans nos sociétés.”

Gautreau, Pierre. La Pachamama en bases de données : Géographie politique de l’information environnementale contemporaine. Paris : Éditions de l’IHEAL, 2021. DOI : https://doi.org/10.4000/books.iheal.9362

Article mis en avant

Séminaire “Quand les riches s’adaptent. Changements et environnements urbains” mardi 19 décembre 14h-17h

19/12/2023 de 14h à 17h en salle D8 006, Site Buisson (IFE), ENS de Lyon (15 parvis René Descartes, 69007 Lyon, métro Debourg)

Programme :

  • 14h-14h15 : Emeline Comby (Univ. Lyon 2, UMR 5600 EVS). Introduction du séminaire
  • 14h15-15h : Anne-Lise Boyer (Labex DRIIHM, CNRS, UMR EVS) – Le nexus eau-énergie-végétation dans la gestion des fortes chaleurs urbaines : une question de justice environnementale
    La lutte contre l’îlot de chaleur urbain (ICU) est devenue un enjeu central dans l’adaptation au changement climatique. De nombreuses villes dans le monde ont investi dans des programmes de végétalisation afin d’améliorer le confort et le bien-être des habitants. Cependant, dans les climats arides et semi-arides, de tels projets vont de pair avec la mobilisation de la ressource en eau et des dispositifs d’irrigation. De ce fait, la gestion des ICU est analysée sous l’angle du nexus eau-énergie-végétation pour insister sur les relations de codépendance entre ces trois dimensions. A Phoenix, la ville la plus chaude des États-Unis, les stratégies d’aménagement paysager (plantation d’arbres, promotion des jardins secs) s’appuient principalement sur la capacité des habitants à pouvoir participer aux programmes proposés (chantiers coopératifs, subventions), et donc sur leur capacité à pouvoir investir en temps et en argent dans leur mise en oeuvre, puis leur entretien. Dans un contexte où les quartiers les plus défavorisés sont les plus exposés aux fortes chaleurs, ces politiques publiques continuent de poser des questions de justice environnementale.
  • 15h-15h40 : Matthieu Adam (CNRS, UMR 5600 EVS, ENS de Lyon) – L’écologisation des mobilités quotidiennes, une route pavée de bonnes intentions ?
    La mobilité forme, avec le travail et le logement, le moteur de la production de l’espace : elle rythme les agendas, régit l’espace public et dicte la valeur des terres. C’est d’abord la voiture individuelle qui domine les systèmes de transports, dérègle le climat et rend les populations dépendantes. Différentes évolutions technologiques et réglementaires tendent à l’écologiser : électrification, développement d’alternatives, bannissement des véhicules les plus polluants. Au risque de multiplier encore les inégalités et de ségréguer davantage les territoires urbanisés ?
  • 15h40-15h55 : Pause dans le jardin de l’ENS de Lyon
  • 15h55-16h35 : Juliana Mazzucotelli (Université Grenoble Alpes, UMR 5194 Pacte) – Etre et rester dominant·es. Adaptations au changement global à Los Angeles et au Cap
    Dans un contexte de changement global, le risque hydro-climatique génère des inégalités entre celles et ceux qui détiennent des capitaux pour s’adapter à une (potentielle) pénurie d’eau et les autres. A Los Angeles et au Cap, deux métropoles segmentées socialement en contexte semi-aride, des élites, en développant un répertoire d’actions et de discours autour de la maitrise de l’eau, (re)produisent leur domination à échelle métropolitaine. Cette domination se construit par des sociabilités et des réseaux d’interconnaissances et se matérialise dans des espaces variés tel que des domiciles, des espaces récréatifs, des lieux d’exercice du pouvoir ou encore des jardins d’apparats. Les mobilisations élitaires autour du changement global permettent à la fois de pérenniser certains de leurs usages controversés de l’eau dans un contexte de raréfaction de la ressource, tout en construisant leur légitimité politique sur les questions d’adaptation au changement global. Ainsi, cette légitimité peut être questionnée du fait du système socialement inégalitaire sur lequel ces usages reposent dans un contexte où la question d’une justice environnementale est de plus en plus posée par la société civile.
  • 16h35-17h : Discussion collective : Penser les changements environnementaux depuis les dominant.e.s et depuis les villes


    Protocole sanitaire : Ce séminaire suivra le protocole sanitaire consultable ici : https://www.rehf.org/reduire-risques-covid-universites-laboratoires/ (masque obligatoire, capteur CO2, purificateur d’air, aération, pause possible en extérieur…). Parce que nous préférons vivre avec nos collègues et nos camarades qu’avec le virus, le port du masque sera demandé pour toute la durée du séminaire. Des masques seront mis à disposition en cas de besoin.
Article mis en avant

Séminaire “Relations Humains-Rivières” : 2ème séance Mardi 21 novembre 17h à 20h – Paris Nanterre

L’atelier Socio-Ecosystème s’associe avec l’UMR Lavue et l’association RésEAUX pour proposer un cycle de séminaires autour de la relation humains-rivières.
Le séminaire est accessible en présentiel ou en visio : dans les deux cas, merci de vous inscrire par mail : Marie-Anne Germaine (marie-anne.germaine@parisnanterre.fr) et Marylise Cottet (marylise.cottet@ens-lyon.fr)

Ce séminaire pluridisciplinaire propose d’interroger les relations humains nature au travers l’exemple des (petites) rivières. À partir de cet objet géographie ordinaire, il s’agit d’interroger les rapports au vivant qui s’expriment de diverses façons au travers des pratiques et usages des lieux, au travers des représentations des paysages et de la nature, au travers l’appropriation et le partage d’espaces publics, au travers l’attachement aux lieux, ou encore au travers des mobilisations vis à vis de leur devenir. Dépassant une approche par les seuls discours, il s’agira en particulier de s’intéresser aux relations entre les populations (habitants, usagers, etc) et la rivière plutôt que de se concentrer sur les entités indépendamment de ce qui les relie les unes aux autres Ainsi seront explorées les manières de rendre compte des relations aux différents motifs du paysage (eau, végétation, infrastructures) et de prendre en compte les rapports aux non humains (faune, flore) pour mieux rendre compte du fonctionnement de ces socio- écosystèmes.

Alors que les projets de restauration écologique se multiplient le long des cours d’eau pour restaurer des fonctionnalités écosystémiques et de la biodiversité, il s’agit ici d’interroger les moyens de mise en œuvre d’une restauration véritablement holistique, qui parvienne à prendre également en charge la relation des humains à l’environnement. Le concept de connectivité hydrosociale est mobilisé pour discuter de la pluralité de ces relations. Plusieurs dimensions de ces relations feront l’objet d’une attention particulière la dimension sensible (sens) la dimension émotionnelle (affect) et la dimension cognitive (savoirs). Le séminaire abordera des enjeux méthodologiques pour appréhender mais également restituer cette relation et intégrera des discussions sur les difficultés liées à l’intégration des dimensions relationnelles dans les réflexions sur la gestion et le devenir des cours d’eau.

Le séminaire s’appuiera sur des études de cas variés laissant une large place aux petits cours d’eau longtemps restés à l’ombre des grands fleuves concentrant l’attention des gestionnaires comme des scientifiques de la requalification des fronts d’eau (quais de Seine, berges du Rhône,…) à l’enjeu baignade renouvelé par l’organisation des JO de 2024.

Séance 1 : Mardi 17 Octobre 2023 14 h à 16 h 30
De la désurbanisation à la renaturation des liens à la rivière à réinventer

Sylvain Rode Maitre de Conférences HDR en aménagement et urbanisme, Université de Perpignan Via Domitia UMR ART DEV 5281 CNRS

Afin de prévenir le risque d’inondation, les pouvoirs publics décident parfois de désurbaniser des espaces riverains de cours d’ eau. Se pose alors la question des modalités de réaménagement de ces espaces et des usages qui peuvent y être développés. N’est ce pas l’occasion de favoriser des formes d’aménagement plus écologiques et de réinventer les liens à la rivière ?

Lieu : Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber Salle 418 4 ème étage) lien visio

Séance 2 : Mardi 21 Novembre 2023 17 h à 20 h
Méandres ou la rivière réinventée

Projection du film « Méandres ou la rivière réinventée » (73 min) En présence des réalisateurs Marie Lusson Docteure en Sociologie et réalisatrice, et Emilien de Bortoli 2023
Discutante : Fabienne Watteau Anthropologie, UMR LESC 7186 CNRS, Université Paris Nanterre

Les rivières sont aujourd’hui coupées par les digues ou les seuils, polluées par nos rejets industriels, urbains ou agricoles. Leurs eaux et leurs graviers ont été désassemblées et fragmentées entre des usages multiples production électrique, routes, eaux potables, bâtiments ou activités de loisirs. Le vivant et le machinique le naturel et l’artificiel s’entremêlent jusqu’à rendre impossible toute dissociation. Or, ces nouveaux états viennent fragiliser les équilibres écologiques. Scientifiques, ingénieurs et citoyens s’interrogent. Peut-on réparer les systèmes vivants ? L’une des principales conclusions de la thèse de Marie Lusson “Restaurer les rivières à l’ère de l’Anthropocène”, et l’intuition forte de ce film dont elle est la co-réalisatrice est que la restauration des rivières, et plus largement la réparation de notre monde, passe par la compréhension des rapports d’interdépendance entre humains et non humains. Dans le cadre de la restauration écologique, il s’agit de prendre en compte l’ensemble des éléments qui composent la rivière afin de saisir ce qui “fait rivière” et lui laisser une place dans les marges laissées par l’homme. Notre proposition est de passer par l’expérimentation sensorielle, visuelle et auditive de ces altérités pour les reconnaitre comme partie prenante de notre monde. Une équipée de jeunes gens en radeau, des témoignages scientifiques, des récits d’expériences personnels et des séquences d’archives participent à la construction d’une perspective partielle des visions telle que la défend la philosophe Donna Haraway. Pour elle, il n’y a de compréhension d’un tout complexe que par la considération multiforme de points de vue singuliers.

Lieu : Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber RDC, Amphi

Séance 3 : Mardi 19 Décembre 2023 14 h à 16 h 30
Les cours d’eau urbains

Victor Bossard – Doctorant en Géographie, UMR ESO 6590 CNRS UMR BAGAP, Institut Agro Angers « Interroger la place des cours d’eau en milieu urbain secondaire regard sur les paysages de rivières de petites villes du Maine et Loire »

Département de rivières, le Maine et Loire est un territoire d’intérêt pour étudier les rapports sociétés cours d’eau et ainsi mieux cerner leurs caractéristiques et évolutions. Dans le cadre d’une recherche doctorale, je m’appuie sur la diversité des paysages fluviaux de ce département pour interroger la place donnée aux hydrosystèmes fluviaux au sein d’espaces de vie urbains. Mobilisant l’échelle de la petite ville, une entité localement forte et présentant des enjeux de développement spécifiques, ce travail souhaite porter un regard croisé sur les socio écosystèmes fluviaux, entre dimensions matérielles et immatérielles des interactions sociétés rivières. Dans cette intervention, je présenterai plus en détail le travail d’enquête mené auprès d’acteurs sociaux locaux de quatre couples villes rivières du territoire, dans le but de comprendre leurs représentations, interactions et projections et questionner notamment par ce biais l’importance des contextes locaux dans la construction des paysages fluviaux urbains


Julia Moutiez – Architecte et Doctorante, UMR LAVUE 7218 CNRS équipe CRH Ecole d’architecture Paris Val de Seine
« Droit à la ville, droit au fleuve Retour des pratiques de baignade dans les cours d’eau parisiens »

Il s’agit d’analyser à la fois les pratiques de baignade, formelles et informelles, et la façon dont celles-ci sont encouragées, encadrées ou interdites par les autorités à travers les projets d’aménagements qui les précèdent ou les suivent. Nous nous concentrons sur les pratiques de baignade dans Paris et ses alentours, grâce à un travail d’observation d’entretiens in situ, doublé d’une enquête auprès des différents acteurs institutionnels et militants afin de comprendre comment l’encadrement de ces formes d’accès à l’eau, au rafraichissement et au loisirs est en train de se construire.

Lieu : Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber salle de séminaire 2 + lien visio

Article mis en avant

Séminaire : Corps et terrains dans la recherche – 2 octobre 2023 14h-17H

Corps et terrains dans la recherche
Les expériences sensibles ente dimensions physique,
psychologique et (géo)politique

Séminaire d’atelier : Socio-écosystèmes
Lundi 2 octobre 2023, 14h-17h, Salle Rotonde, 6e étage 18 rue Chevreul 69007 Lyon

L’activité de recherche est la plupart du temps appréhendée comme une activité intellectuelle pure en vertu de laquelle l’esprit servirait la connaissance. Toutefois, dans nos champs disciplinaires, la production de connaissance se fait le plus souvent par la pratique d’un terrain. Le corps du chercheur ou de la chercheuse est ainsi partie prenante du processus de recherche. En tant que tel, le corps, par son expérience du terrain, est susceptible d’influencer l’activité de recherche et d’être influencé par celle-ci. Le séminaire « Corps et terrains » vise à discuter des interactions corps-terrains en abordant les dimensions physiques, psychologiques et (géo)politiques. Ainsi, comment penser l’interaction terrain-corps/corps-terrain ? Comment le terrain influence nos pratiques et inversement ? Il s’agira notamment de réfléchir à la manière dont le corps peut, par l’entremise du terrain, contraindre, orienter voire renouveler la production de connaissances. Il s’agira également d’explorer comment cette production de connaissance peut agir sur le corps, en l’affaiblissant, en le mettant en danger ou, au contraire, en le renforçant ou en l’enrichissant. Bénéfices et risques sont à n’en pas douter au cœur de cette interaction. Ces réflexions amènent, en transversal, à discuter des (in)égalités liées au corps face à la pratique du terrain et in fine la production de connaissance. Ainsi, alors que dans les sciences cognitives, le paradigme de la cognition incarnée (embodied cognition) est en plein essor (Adams, 2010 ; Gallagher et Zahavi, 2008 ; Shapiro, 2011), on pourra s’interroger de manière critique sur l’existence d’une science nécessairement incarnée (embodied science).

Adams, F., 2010, “Embodied Cognition,” Phenomenology and Cognition, 9 (4): 619–628.
Gallagher, S., and D. Zahavi, 2008, The Phenomenological Mind: An Introduction to Philosophy of Mind and Cognitive Science, New York: Routledge.
Shapiro, L., 2011, Embodied Cognition. New York: Routledge.

  • Denis Cerclet (MCF HDR en anthropologie, EVS-CTT) : Introduction générale sur le Corps et les corps des chercheur.euse.s
  • Romain Delunel (CR CNRS en géomorphologie, EVS-IRG) : « High and dry : les difficultés (et les joies) de la recherche en géomorphologie sur le terrain »
  • Florence Nussbaum (MCF en géographie, EVS-CRGA) : « Un corps étranger ? Négocier les risques sur son terrain de recherche »
  • Mélanie Montalti (Doctorante en géoarchéologie, EVS-IRG) : « Une géoarchéologue sur le terrain : la loutre qui pensait pouvoir être un fennec »
  • Noé Parot (Doctorant en géographie, EVS-CRGA) : « Une peur à maitriser, une distance à adapter, un comportement à adopter : la proxémie du chercheur face aux animaux errants »

Supports de communication

Café fluvial : Étude de la dynamique du bois flotté en rivière : méthodes et résultats préliminaire

Borbála Hortobágyi

Le mardi 9 mai de 13h30 à 15h

En salle D4-235 de l’ENS de Lyon ou en visioconférence

Le bois influence les conditions hydrauliques, le transfert des sédiments, la morphologie du lit et, de fait, favorise la diversité des habitats aquatiques et riverains. Mais le bois peut aussi avoir un enjeu socio-économique majeur et représenter un risque pour les infrastructures. La dynamique temporelle et spatiale du transport du bois reste aujourd’hui mal comprise qui est pourtant nécessaire pour la gestion de risque et de l’habitat. L’objectif est d’approfondir les connaissances sur la dynamique du bois flotté en étudiant toutes les étapes de sa trajectoire, c’est-à-dire, son entrée dans l’hydrosystème, son transport, son stockage temporaire ou définitif, sa dégradation, son rôle biotique et abiotique. Nous travaillons à différentes échelles spatiales et temporelles en utilisant diverses méthodes, principalement sur la rivière Allier. (i) La mobilité du bois est étudiée par la technique RFID, (ii) le flux de bois par des caméras et un modèle prédictif, (iii) le budget ligneux par des prises de vues aériennes et (iv) l’abrasion de bois par photo-interprétation et LiDAR terrestre. La présentation permettra d’avoir une vue d’ensemble du projet et des résultats sur l’évolution temporelle du stock de bois de l’Allier.

Borbála Hortobágyi est postdoctorante au laboratoire EVS et travaille à l’ENS de Lyon

Café fluvial : le projet MAPD’O, premiers éléments sur le développement d’une interface web en hydromorphologie

par Louis Manière

Le 26 avril 2023 – 13h30 salle D4.235 à l’ENS de Lyon

MAPD’O est un projet visant le développement d’une interface web à l’intention des opérateurs, autour des données et modèles en hydromorphologie. C’est un projet réalisé par le laboratoire Environnement Ville Société du CNRS et porté par l’Office Français de la Biodiversité depuis janvier 2023.

Il repose sur des approches géomatiques d’analyse de la topographie et de l’occupation du sol permettant de produire une carte de continuité latérale des cours d’eau du réseau hydrographique. Différentes métriques morphologiques sont ensuite extraites à intervalle régulier du réseau (largeur, pente, surface drainée, élévation). L’application a pour ambition de fournir des outils d’analyse et d’interprétation de ces métriques afin de faciliter les diagnostics hydromorphologiques des cours d’eau français à l’échelle du bassin versant.

La continuité latérale de la vallée Drac à Saint-Julien-en-Champsaur

Louis Manière est Géographe de formation. Après plusieurs expériences en hydromorphologie et sur l’érosion des sols agricoles, il s’est spécialisé dans les techniques géomatiques pour des applications en archéologie puis dans les télécommunications avant de rejoindre EVS à l’ENS de Lyon il y a bientôt 4 mois, au démarrage du projet Mapd’O

Soutenance de thèse de Julien Godfroy

Jeudi 6 avril, 14h, ENS de Lyon

Julien Godfroy, doctorant de l’UMR 5600 EVS rattaché au CNRS et à l’ENS de Lyon, soutiendra publiquement sa thèse de doctorat, intitulée “Approche couplée LiDAR – hyperspectral pour la caractérisation des corridors fluviaux” le jeudi 06 avril 2023.

Celle-ci se déroulera dans les locaux du site Descartes de l’ENS de Lyon, en salle D2 034. Elle sera également accessible par visio-conférence en suivant le lien donné ci-dessous.

https://cnrs.zoom.us/j/91885122283?

pwd=REpMR28vL2xOLzBGVnpnZ0NWZVpsUT09

Résumé de la thèse

Cette thèse explore le potentiel des outils émergents de télédétection fluviale (LiDAR terrestre et bathymétrique, imageur hyper-spectral, imageur infra-rouge thermique) pour la caractérisation et le suivi des corridors fluviaux. Le cadre géographique d’application est la basse vallée de l’Ain, concernée par des enjeux liés à l’incision du chenal et par un projet de recharge sédimentaire.

            Dans un premier temps, l’imagerie hyperspectral nous permet de restituer les profondeurs d’eau sur un linéaire de 20 kilomètres pour un débit de référence et des profondeurs allant jusqu’à 2,5 mètres. Cela nous permet de confirmer la possibilité d’extrapoler un modèle sur un long linéaire fluvial, et de restituer des profondeurs d’eau pour différents débits à partir d’une même campagne. Nous évaluons les erreurs survenant sur l’ensemble du linéaire, puis ré-exploitons les méthodes développées pour identifier les changements morphologiques survenus entre 2015 et 2022 et éprouver la robustesse de ces méthodes pour le suivi.

            Dans second temps, nous couplons inventaire forestier et données LiDAR et hyperspectrales pour caractériser la forêt riveraine. Nous montrons que ces données décrivent bien les changements morphologiques des peuplements le long d’un gradient d’âge et permettent de prédire le niveau de connectivité hydrologique des ripisylves. La modification des conditions physiques des milieux forestiers entraînée par l’incision du chenal conduit à un assèchement du milieu et nous amène à identifier un stress hydrique potentiel des peuplements.

            Dans un troisième temps, nous explorons ce stress hydrique potentiel à partir de campagnes aéroportées d’imagerie infrarouge thermique et de relevés de terrain écophysiologiques. Bien que l’usage de caméras thermiques sur des plateformes aéroportées permette de caractériser le stress hydrique, la saisonnalité du phénomène nécessite de réaliser des acquisitions multiples ou durant une fenêtre spécifique afin de bien le détecter.

            L’ensemble de ces travaux nous permet de formuler des recommandations à la fois pour la gestion des milieux fluviaux et pour l’usage des données de télédétection dans les campagnes de monitoring de ces environnements.

Contact et pot

La soutenance sera suivie d’un pot en salle D4 235 auquel vous êtes chaleureusement conviés. Afin de l’anticiper au mieux, merci de prévenir Julie Godfroy de votre présence par mail (julien.godfroy@ens-lyon.fr). Pour toute autre information, n’hésitez pas à le contacter ou à vous référer à l’invitation ci-dessous.

https://drive.google.com/file/d/1k-3k7W9KoKsJIdaA5KH0rm0zT4-Klu6i/view?usp=share_link

Les relations des habitants à la rivière en ville

Séminaire de l’atelier socio-écosystème organisé en partenariat avec l’axe 2 « Justice et Inégalités » de l’UMR LAVUE et l’association RésEAUx

Vendredi 14 Avril 2023 (13h45-17h)

Alors que les grands fleuves urbains ont longtemps concentré l’attention de la requalification des fronts d’eau (quais de Seine, berges du Rhône, …) à l’enjeu baignade renouvelé par l’organisation des JO de 2024, les petites rivières urbaines représentent l’essentiel du réseau hydrographique traversant les agglomérations et le cadre de vie d’une grande partie des citadins. Cette séance sera l’occasion d’aborder la relation humains – nature à partir de cet objet géographique ordinaire, les petites rivières urbaines, à partir d’études de cas situés dans des contextes réglementaires, culturels et géographiques divers. Il s’agit de questionner le potentiel de connexion à la nature offert par ces environnements de proximité et ainsi d’interroger leur rôle dans la fourniture d’aménités environnementales, de réponses aux enjeux écologiques (inondations, érosion de la biodiversité, changement climatique) mais aussi les enjeux posés par l’ouverture de ces nouveaux espaces publics dans le cadre de la multiplication des projets de restauration écologique.

Programme

13h45 – 14h Introduction

14h – 14h40 : Karen Andersen Cirera (Académica Instituto Arquitectura y Urbanismo. FAA. Universidad Austral de Chile) – La perception de la valeur écologique des espaces publics riverains. Le cas de la ville de Valdivia, Chili

14h40 – 15h20 : Marylise Cottet (ENS Lyon, UMR EVS 5600 CNRS) – Restaurer les rivières urbaines à l’aide des solutions fondées sur la nature : la relation société-écosystème au cœur de la réflexion

Pause

15h40 – 16h20 Marie-Anne Germaine (Université Paris Nanterre, UMR LAVUE 7218 CNRS) – Relations à la nature ordinaire : quel potentiel pour les petites rivières urbaines ? (Exemple de la Woonasquatucket, Providence et de la Kinnickinnic à Milwaukee)Axe 2 « Justice et Inégalités » / UMR LAVUE 7218 CNRS

Discussion (jusqu’à 17h)

Informations pratiques

Lieu : Université Paris Nanterre, Bâtiment Rémond – salle A405
Merci de nous confirmer votre présence par mail (marie-anne.germaine@parisnanterre.fr)
Le séminaire sera accessible en visio (envoyer un mail à reseaup10@gmail.com)